06 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Les quatre nobles vérités (premier discours du Bouddha Gautama)

Sutta Tipaka

DHAMMA-CAKKAPPAVATTANA-SUTTA

(Samyutta Nikaya, V. 420-424)

La mise en mouvement de la Roue du Dhamma

 

Traduit du Pali par Môhan Wijayaratna

http://www.dhammadelaforet.org/

 

Ainsi ai-je entendu: Une fois, le Bienheureux séjournait au parc aux Daims, à Isipatana, près de Bārānāsi (Bénarès). Il s’adressa aux cinq moines et dit:
« Moines, il existe deux extrêmes qui doivent être évités par  quelqu’un qui est arrivé à une vie sans foyer (bhikkhu). Quels sont ces deux extrêmes? S’adonner aux plaisirs des sens, ce qui est inférieur, vulgaire, mondain, ignoble et engendre de mauvaises conséquences, et s’adonner aux mortifications, ce qui est pénible, ignoble et engendre de mauvaises conséquences. Sans aller à ces deux extrêmes, moines, le Tathagata a découvert la Voie du milieu qui prodigue la vision, qui donne la connaissance, qui conduit à la quiétude, à la sagesse, à l’éveil et à l’émancipation.

Et quelle est, moines, cette Voie du milieu que le Tathagata a découverte et qui prodigue la vision, qui donne la connaissance, qui conduit à la quiétude, à la sagesse, à l’éveil et à l’émancipation ? Ce n’est que le Noble Sentier Octuple, à savoir: le point de  vue correct, la pensée correcte, la parole correcte, l’action correcte, le moyen d’existence correct, l’effort correct , l’attention correcte, la concentration correcte. C’est cela, moines, la Voie du milieu que le Tathagata a découverte, qui prodigue la vision, qui donne la connaissance, qui conduit à la quiétude, à la sagesse, à l’éveil et à l’émancipation.
Voici, moines, la Vérité Noble dite dukkha. La naissance est dukkha, la vieillesse est aussi dukkha, la maladie est aussi dukkha, la mort est aussi dukkha, être uni à ce que l’on n’aime pas est dukkha, être séparé de ce que l’on aime est dukkha, ne pas obtenir ce que l’on désire est aussi dukkha. En résumé, les cinq agrégats d’attachement sont dukkha.
Voici, ô moines, la Vérité Noble dite la cause du dukkha. C’est cette « soif » produisant la ré-existence et le re-devenir et qui est liée à une avidité passionnée, qui trouve une nouvelle jouissance tantôt ici, tantôt là, c’est-à-dire la soif des plaisirs des sens, la soif de l’existence et du devenir et la soif de la non-existence.
Voici, moines, la Vérité Noble dite la cessation du dukkha. C’est la cessation complète de cette  » soif », c’est la délaisser, y renoncer, s’en libérer, s’en débarrasser.
Voici, moines, la Vérité Noble dite le Sentier conduisant à la cessation du dukkha. C’est le Noble Sentier Octuple, à savoir: la vue correct, la pensée correcte, la parole correcte, l’action correcte le moyen d’existence correct, l’effort correct, l’attention correct et la concentration correcte.
Moines, c’est avec la compréhension: « Ceci est la Vérité Noble dite dukkha » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière[1].

Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite dukkha doit être comprise  » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite dukkha a été comprise » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension: « Ceci est la Vérité Noble dite la cause de dukkha »que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite la cause de dukkha doit être détruite » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite la cause de dukkha a été détruite « que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension: « Ceci est la Vérité Noble dite la cessation de dukkha » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.
Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite la cessation de dukkha doit être atteinte » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.
Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite la cessation de dukkha a été atteinte » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.

Moines, c’est avec la compréhension que: « Ceci est la Vérité Noble dite le sentier conduisant à la cessation de dukkha » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.
Moines, c’est avec la compréhension: « Cette Vérité Noble dite le sentier conduisant à la cessation de dukkha doit être parcouru  » que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.
Moines, c’est avec la compréhension:  » Cette Vérité Noble dite le sentier conduisant à la cessation de dukkha a été parcouru «  que, dans les choses qui n’avaient pas été entendues auparavant, s’est élevée en moi la vision, s’est élevée en moi la connaissance, s’est élevée en moi la sagesse, s’est élevée en moi la science, s’est élevée en moi la lumière.
Moines, tant que cette vision et connaissance réelle des quatre Vérités Nobles sous leurs trois aspects et dans leurs douze modalités n’était pas absolument claire en moi, aussi longtemps je n’ai pas proclamé à ce monde avec ses dieux, avec ses Mārā et ses Brahmā, et ses humains, ses religieux et ses prêtres, que j’avais atteint l’incomparable et suprême connaissance. Cependant, moines, lorsque cette vision et connaissance réelle des quatre Vérités Nobles sous leurs trois aspects et dans leurs douze modalités me devint parfaitement claire, alors seulement j’ai proclamé à ce monde avec ses dieux, avec ses Mārā et ses Brahmā, et ses humains, ses religieux et ses prêtres, que j’avais atteint l’incomparable et suprême connaissance. Et la connaissance profonde s’est élevée en moi: « Inébranlable est la libération de ma pensée, cela est ma dernière naissance, il n’y aura plus d’autre existence. »
Ainsi parla le Bienheureux. Les cinq moines, heureux, se réjouirent des paroles du Bienheureux.


[1] Tous Ces termes – vision, connaissance, sagesse, science, lumière -, sont les synonymes de la compréhension vécue.

 

Source : http://www.dhammadelaforet.org/sommaire/sutta_tipaka/txt/dhammacakkappavattana_mw.html

Laisser un commentaire

Tadyfwe |
Solobeatsbysale |
Stanleymwog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fifautckufenunfr
| Acaiberry2
| Acaiberry5